Shots de culture

Cocktails et lieux mythiques

Derrière chaque cocktail se cache un inventeur. Mais aussi un lieu. Certains les ont vus naître, d’autres les ont fait entrer dans la postérité. Nous vous proposons un tour du monde où les légendes s’entremêlent souvent avec la réalité.

1. Le Harry’s New York Bar à Paris

Paris est la première étape de notre tour du monde. Situé dans le 2e arrondissement de Paris, à quelques encablures de l’Opéra Garnier, le Harry’s New York Bar a vu le jour en 1911. Ce bar porte bien son nom puisque c’est un véritable établissement new-yorkais qui fut démonté puis reconstruit en plein cœur de Paris. On associe souvent cet établissement, à tort, à la création du cocktail Side Car. Mais son barman, Harry McElhone, fut l’un des premiers à mettre la recette à l’écrit dans son livre : Harris Abc Mixing Cocktails en 1923.

La recette du Grand Side Car : 

5 cl de Grand Marnier Cordon Rouge
2 cl de Cognac
2 cl de jus de citron

L’établissement sert également l’un des plus réputés Bloody Mary de la capitale. L’occasion de vous partager notre version fumée avec le Bloody Laphroag :
4 cl de whisky Laphroaig® Quarter Cask
12 cl de jus de tomate maison
3 gouttes de bitter au céleri
2 gouttes de tabasco
2 pincées de sel de céleri
Feuilles de céleri

2. Le Camparino à Milan

Passons de l’autre côté des Alpes, pour rejoindre l’Italie. C’est dans le bar Le Camparino, ouvert en 1915 à Milan, que commence l’histoire du mondialement connu Aperitivo à l’italienne. Et plus précisément du Campari Soda, réalisé avec de leau de Seltz. L’eau de Seltz est une eau gazeuse faite d’eau pure, chargée d’acide carbonique sous forte pression et conservée dans une bouteille spécifique, appelée siphon.

La recette du Campari Soda :

6 cl de Campari
18 cl d’eau gazeuse

3. Le Dry Martini à Barcelone

Descendons plus au Sud pour redécouvrir le Dry Martini, digne descendant du cocktail Martinez. Même si la recette a été initialement publié en 1904 dans un livre français « American-Bar Recettes des Boissons Anglaises et Américaines », l’établissement Dry Martini à Barcelone, ouvert il y a 30 ans, est entré dans la légende pour ne servir à ses débuts que des Dry Martini. Et rien d’autres ! Sachez que contrairement à James Bond qui ne le boit qu’avec de la vodka, la vraie recette du Dry Martini est faite avec du Gin.

La recette du Dry Martini : 

5,5 cl de Gin Sipsmith
1,5 cl de Vermouth Dry
1 olive verte

4. Le Pat O'Brien’s Bar à La Nouvelle Orléans

Pat O’Brien est le créateur du bar éponyme en 1933. Situé à La Nouvelle-Orléans, dans le quartier français, l’établissement est célèbre pour avoir créé et popularisé le cocktail Hurricane (ouragan en français). La recette de ce cocktail aurait été inventée pour se débarrasser d’un surplus de rhum. Pour accéder à l’établissement durant la prohibition, les clients devaient prononcer le mot de passe « Storm’s Brewin » (tempête furieuse en français) pour accéder au bar !

Crédit photo : David Morefield

La recette du Hurricane :

4,5 cl de Appleton Estate Signature Blend
2,5 cl de rhum blanc overproof
2,5 cl de jus d’ananas
1,5 cl de jus de citron vert
1 cl de cordial de citron vert
0,75 cl de sirop de sucre
0,5 cl de sirop de fruit de la passion

5. Termini à Londres

Notre étape suivante nous amène à Londres, dans le quartier branché de Soho. C’est au Termini que l’on peut y déguster l’un des meilleurs Negroni de la ville. On peut bien entendu y commander l’original. Mais également des versions plus exotiques à base de graines de poivre rose, ou encore vieillies. Autre point spécifique de ce lieu, votre Negroni ne sera pas servi dans un verre Old Fashioned comme c’est l’usage, mais dans une élégante verrerie à pied réalisée sur mesure. Et à ras bord !

Recette du Campari Negroni :
3 cl de Campari
3 cl de Gin Bulldog
3 cl de vermouth rouge

6. Le Pegu Club en Birmanie

La dernière étape de notre tour du monde nous emmène en Asie, à l’époque de l’Empire Britannique. Situé en Birmanie, le Pegu Club était un club de gentleman de style victorien fondé en 1871 lors de la colonisation britannique. C’est ici que les officiers britanniques du Raj chargés de l’administration de la Birmanie allaient étancher leur soif. Et qu’un barman donna le nom au cocktail éponyme : le Pegu Club.

C’est également le Pegu Club qui inspira une célébrité contemporaine du monde du bar, Audrey Saunders, pour son établissement New Yorkais, aujourd’hui, malheureusement fermé.

La recette du Pegu Club 

4,5 cl de Gin Bulldog
2 cl de Grand Marnier
1 cl de jus de citron
1 dash orange bitter
1 dash bitter Angostura

Envie de suivre les dernières actus
BeMixo by Campari France Distribution?
Je m'inscris à la newsletter