TIPS

Les origines du gin

Très populaire dans les années 50, le gin a été relégué au fond du comptoir un temps, avant de revenir au goût du jour à la fin des années 80. Depuis, cet alcool blanc composé principalement de baies de genévrier n’a jamais quitté les cocktails. Mais connaissez-vous vraiment tous ses secrets ? BeMixo vous raconte son histoire, de ses origines à sa fabrication. Suivez le guide !

Histoire : une boisson qui a de la bouteille

Au XIVe, on croit que la genièvre a le pouvoir d’éradiquer la peste qui sévit en Europe. À la même époque, la distillation moderne avec refroidissement naît en Italie. Les tonics et alcools à base de genièvre suivent alors le trajet de l’épidémie jusqu’en Hollande.

Au XVIIe, les soldats britanniques rentrent de Hollande avec le gin dans leurs bagages. William of Orange est couronné roi d’Angleterre et encourage la production de gin pour doubler le cognac, produit par l’ennemi français. Ni taxé, ni encadré, le gin devient facile à produire et bon marché. Débute alors une consommation effrénée du produit : c’est le « Gin Craze ». On parle d’une moyenne d’une pinte de gin par semaine et par habitant ! En 1761, seuls les grands distillateurs ont l’autorisation de produire, une manière de contrôler la production et surtout la qualité.

Dès 1930, c’est le boom du cocktail en Europe ! Le gin y est très populaire, avant de se faire éclipser par l’arrivée de la vodka, dans les années 60. Mais 20 ans plus tard, le produit est relancé. Aujourd’hui, le gin est devenu un ingrédient phare des cocktails et n’a pas dit son dernier mot ! Preuve en est, les micro-distilleries qui se multiplient.

Secrets de fabrication

Par définition, le gin est un alcool neutre aromatisé, aux plantes, épices ou racines, dont la genièvre doit représenter une composante majeure. Il est complété par diverses botaniques qui peuvent être très variées. Parmi elles, on retrouve principalement la coriandre ou l’angélique, mais aussi des zestes d’agrumes, des épices telles que la cannelle ou la cardamome, ou encore des éléments floraux et herbacés comme la camomille et le géranium.

Un circuit en 5 étapes

1. Élaboration d’un alcool neutre, réalisé en général à base de céréales.

2. L’intégration des botaniques :
– Pour le Compound Gin : macération des aromates à froid ou on ajoute des arômes artificiels.
– Pour le Distilled Gin : macération à froid, puis distillation, ou infusion des aromates directement dans l’alambic pendant la distillation.

3. La mise en beauté pour un meilleur équilibre des arômes : réduction, filtration et ajout de sucre.

4. Assemblage et mise en bouteille.

Un circuit en 5 étapes
Dans la famille des gins, je demande…

Il existe plusieurs familles de gin. La plus répandue désigne les London Dry Gin. Un “distilled gin”, dont l’arôme est obtenu exclusivement par distillation en alambics traditionnels, avec tous les matériels végétaux naturels utilisés. Aucun élément artificiel ne peut y être ajouté, seulement du sucre et pas plus de 0,1 g par litre de produit final. Et au cas où vous vous poseriez la question, il n’y a pas de rapport avec la ville de Londres ! Chez les autres familles, on retrouve le Old Tom Gin, ancêtre du London Dry Gin, le Plymouth Gin, élaboré dans une distillerie éponyme du sud de l’Angleterre, ou encore le Sloe gin, macéré aux fruits.

01 Bulldog

Bulldog

Un gin anglais

La particularité de ce London Dry Gin ? Une quadruple distillation, avec macération des plantes dans l’alambic, qui rend ses arômes plus fins. Il contient aussi 12 botaniques issues de 8 pays différents ! Parmi elles, des composants exclusifs comme l’oeil du dragon, le pavot et le lotus, qui lui confèrent de subtiles notes épicées. Exceptionnellement rond, doux et pur, le Bulldog est idéal pour réaliser des classiques comme le Negroni ou le Gin Tonic.

02 Larios

Larios

Un gin espagnol

Ce London Dry Gin est produit en Andalousie mais fabriqué selon la pure tradition anglaise ! Dans sa composition, il n’y a que des ingrédients naturels. Une seule distillation est réalisée pour cette eau-de-vie de grain (seigle, orge maltée), parfumée aux baies de genièvre, coriandre et fenouil. Des ingrédients exclusivement naturels avec entre autres, des plantes méditerranéennes utilisées pour la macération. De quoi offrir une large palette aromatique aux amateurs de gin.

03 Roku

Roku

Un gin japonais

Le Roku de la Maison Suntory, un craft gin réalisé par des artisans à Osaka. Son nom, qui signifie « 6 » en japonais, fait référence aux 6 botaniques qui font son caractère unique : le yuzu, les fleurs et les feuilles de Sakura, le poivre Sansho ainsi que les thés Sencha et Gyokuro. Ces composants sont distillés séparément, pour être ensuite assemblés à 8 autres plus classiques, comme la racine d’angélique ou la cannelle. Résultat, un gin doux et complexe, parfaitement équilibré.

Le Negroni fête ses 100 ans !

Cocktail mythique, synonyme d’amertume et d’Italie, le Negroni souffle ses 100 bougies en 2019. L’occasion de rappeler sa recette originale, à base de gin évidemment !

Et pour retrouver nos cocktails de prédilection à base de gin, c’est par ici !

S'inscrire à la newsletter BeMixo
Je m'inscris